La police écossaise exige des caméras corporelles après près de 7000 agressions d'agents.

La fédération de la police écossaise demande que tous ses agents soient équipés de caméras corporelles après avoir révélé que le personnel a subi près de 7000 agressions l'année dernière. Selon Police Scotland, l'utilisation de caméras corporelles pourrait entraîner un "pic de plaidoyers de culpabilité" et réduire la pression sur les tribunaux.

Bodycams ZEPCAM

La force a annoncé que des milliers d'agents de Police Scotland ont été agressés au cours de l'année écoulée, révélant un total de 6942 agressions enregistrées sur les agents et le personnel. C'est 413 de plus que l'année précédente. La police écossaise organise actuellement une consultation nationale afin de recueillir des avis sur les caméras corporelles pour les officiers de police. À l'heure actuelle, seuls les agents de certaines régions du nord-est de l'Écosse ont accès aux bodycams. Après y avoir été testées en 2013, les bodycams sont restées en service depuis.

Le public soutient fermement l'utilisation des caméras corporelles

L'initiative d'organiser une consultation nationale fait suite aux "résultats positifs" d'une enquête en ligne similaire organisée en février, dans laquelle le public était invité à donner son avis sur l'utilisation de caméras corporelles par des agents armés de Police Scotland pour enregistrer certains incidents. Il s'agissait de l'une des plus grandes enquêtes menées par la police, avec 9000 réponses. Les résultats ont démontré un fort soutien du public pour l'utilisation des bodycams.

Le chef de police Livingstone avait déjà souligné "l'impératif urgent, critique, éthique et opérationnel" de doter les officiers armés de caméras corporelles, ce qui sera fait à temps pour la conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26, qui se tient à Glasgow cette année.

Le surintendant en chef Matt Richards, qui dirige le projet, affirme que l'on sait déjà que le public est très favorable à l'utilisation de la vidéo corporelle. Il déclare : "Une récente enquête publique a montré qu'une majorité significative des personnes qui ont participé pensaient que l'utilisation de caméras vidéo portées sur le corps augmenterait la confiance dans la police."

En raison de cette réaction positive, Matt Richards indique qu'il est prévu d'équiper les agents armés de caméras vidéo portées sur le corps, ce qui permettra à Police Scotland de s'aligner sur les autres services de police du Royaume-Uni.

Un grand pas pour la police écossaise

Le surintendant en chef Matt Richards explique qu'il reconnaît que l'introduction des caméras corporelles est un grand pas pour la police écossaise. C'est pourquoi Police Scotland a entamé une consultation publique officielle sur l'introduction des bodycams auprès de la majorité des officiers et du personnel de police dans tout le pays.

Il souligne l'importance de continuer à s'engager auprès des communautés et de les impliquer chaque fois que l'on envisage une nouvelle technologie ayant un impact direct sur le public. Cela leur permet de partager leurs opinions (qui peuvent éclairer les plans de la police) et d'exprimer toute préoccupation (éthique), afin que les policiers puissent continuer à faire leur travail avec le soutien du public. Les réponses à la consultation nationale permettront d'élaborer des protocoles, des formations et des codes de pratique. Cela permettra de garantir que les caméras corporelles sont utilisées de manière appropriée, conformément aux souhaits du public. En conséquence, les forces de police seront en mesure de mieux protéger le public et de fournir les meilleures preuves au tribunal si nécessaire.

>> Nos solutions pour les agents de police

Partager ceci